Aller au contenu principal

Réponses à des questions brûlantes

Les réponses montrent une attitude positive et chrétienne face à la vie. Ce ne sont cependant que des suggestions incomplètes.

«Nous sommes sur terre pour servir Dieu, et par ce moyen gagner le ciel», dit le catéchisme catholique. Nous avons quitté la demeure paternelle, comme la parabole de l'enfant prodigue nous l'apprend, et Dieu attend jusqu'à ce que nous reconnaissions notre situation et aspirions de nouveau de toutes nos forces vers Lui.

Toutes les expériences de la vie peuvent contribuer à ce que notre âme et esprit mûrissent. Plus nous nous attachons à ce qui est bon, noble, pur et sacré et plus nous aspirons à la perfection, plus nous contribuons au développement positif de notre être. Par notre disposition pleine d'amour, nous devenons une aide pour autrui. Et, au fait, c'est là le sens le plus profond de notre existence: nous devons propager le bien dans toute la création par des pensées nobles, de bonnes paroles et des actes d'amour du prochain. Ainsi, nous sommes de mieux en mieux à même de pratiquer le premier commandement: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force et de toute ton âme.»

Dans chaque homme il y a une étincelle divine éternelle. L'être humain, doté d'un esprit et d'une âme, vit dans un corps matériel. En mourant, l'être spirituel quitte le corps et entre dans la demeure qu'il s'est méritée selon sa force spirituelle. Le Christ dit: «Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père.» Dans chaque religion et chez les peuples primitifs, il est évident que la vie continue après la mort.

Face à tant de souffrances, guerres et détresses, la résignation, la tristesse et le désespoir pourraient te frapper. Tu pourrais penser: pourquoi est-ce que j’apprends? Pourquoi est-ce que je passe un examen après l’autre? Tout cela n’a aucun sens! Tes perspectives pour l’avenir sont bonnes lorsque tu es conscient que ton vrai avenir est un temps infini dans l’éternité de Dieu.

Les épreuves et destins dans la vie sont impartis à chacun de nous pour affermir nos forces en luttant pour le bien et en supportant les journées dures et afin de faire preuve de fidélité envers Dieu. En agissant ainsi, tu deviens un exemple pour autrui dans ces temps difficiles, car les autres voient ton espoir et ta confiance en une vie belle et remplie de sens

Tout ce que tu fais au nom de Dieu t’apportera les plus belles bénédictions, maintenant et plus tard après la mort. Ce que tu as commencé sur la terre dans l’amour, tu pourras le continuer et mener à perfection au ciel dans la plus pure joie. Ce que tu as acquis durant les temps d’embarras par le travail et la prière sera pour toi une véritable aide dans la détresse.

Sois toujours confiant et plein d’entrain. Ne te laisse jamais contaminer par l’esprit de la résignation et du désespoir. Si tu suis ces conseils, tu deviendras moins impatient et inquiet. Tu ne désespéreras jamais des contradictions de ces temps. Tu seras sujet à moins de sautes d’humeur. Tu seras empli d’une joie intérieure qui te guérira.

Le terme allemand „zufrieden“ (content) contient le mot „Frieden“ (paix). Afin que la paix entre dans notre cœur, nous devons remplir certaines conditions: crée d’abord le calme et l’ordre en toi. Puis relie-toi à Dieu en respectant ses commandements qui sont des poteaux indicateurs sûrs. Ensuite, mets-toi dans un état de gratitude, car le Ciel nous fait tant de cadeaux. Quand tu sens le calme et l’ordre en toi, lorsque tu t’efforces de respecter les commandements et que tu es reconnaissant pour tous les dons, ta prière est forte. Dieu te récompensera richement pour ton amour.

«Si tu veux être heureux dans la vie,
contribue au bonheur des autres,
car la joie que nous donnons
revient dans notre cœur.»

Chaque être humain a ses forces et faiblesses. La meilleure méthode pour surmonter les faiblesses, c’est de te réjouir de tes forces tout en les complétant peu à peu, soit dans la musique, le sport, dans le domaine scolaire ou professionnel comme dans la vie sociale et l’intelligence émotionnelle. 

«Se réjouir de ce que l’on a et ne pas se fâcher pour ce que l’on n’a pas, voilà le secret de la joie», écrit Emil Meier. Oui, la joie est le fondement de toute réussite. La joie offre la légèreté, la force et le courage. La joie anime le cœur et l’âme. La joie envahit tout notre être d’énergie positive.

Je ne dois pas me fâcher à cause de mes faiblesses, car la colère est comme un court-circuit électrique . En peu d’instants, il mange toute notre énergie et il nous faut des jours entiers pour la regagner.

Je me confronte à une faiblesse et demande à mes anges de m’aider. Ensuite, je songe à une amélioration pas à pas et avant de m’endormir, je dis très consciemment plusieurs fois à mon âme:
„Je sais, grâce à la force divine et à l’aide de mes anges, je peux me taire de mieux en mieux. Le calme et la paix entrent en moi et me rendent serein et équilibré.“

Pour une autre faiblesse, je change la deuxième partie de la suggestion. Il est décisif que je ne nomme pas la faiblesse, mais le but, l’état que je veux atteindre. Uniquement des paroles positives doivent être prononcées, car ce que nous mettons dans l’âme aspire à la réalisation. Si je dis: „je n’ai plus peur“, c’est la peur que je plante dans mon âme et elle va croître.

Il existe deux genres d’apprentissage; le premier est nécessaire à l’école et dans la vie professionnelle, il s’agit de l’acquisition de savoir et de dextérités, et l’autre est un apprentissage pour la vie, l’épanouissement positif de notre personnalité.

Chaque apprentissage nécessite notre volonté sincère, notre zèle et notre endurance. Les petits enfants nous montrent avec quel zèle naturel on peut apprendre. Ils observent, imitent, découvrent et répètent jusqu’à ce qu’ils aient atteint leur but. Ils se dépensent à fond et puisent des forces nouvelles dans le calme.

Le calme et l’ordre sont décisifs pour rendre possible une concentration qui focalise tous les sens, pensées et forces de l’âme sur l’essentiel, de sorte que tout autour de nous disparaîsse. D’autres conditions essentielles pour l’apprentissage sont la confiance en ses propres capacités, l’intérêt à l’objet de l’apprentissage et la joie après chaque petit succès.

Le savoir sur le fonctionnement de notre inconscient est une aide précieuse. La pensée positive est la base. La meilleure façon d’apprendre est de travailler avec la tête, le cœur et les mains.

Entrer de manière plus pratique dans le sujet de l’apprentissage mènerait trop loin.

Dans l’apprentissage pour la vie, la religion, la famille et les bons amis sont une grande aide. Nous pouvons présumer que tout ce qui nous arrive dans la vie, les petits revers de fortune quotidiens comme les grands, nous est imparti par la toute-puissance bienveillante de Dieu. Rien n’est aléatoire. Tout a un sens!

Chaque être humain a besoin d’amis, de personnes partageant les mêmes idées, qui nous acceptent, nous aiment, partagent nos opinions et ont les mêmes intérêts. Il dépend fortement de moi si je trouve des amis. Est-ce que je peux m’approcher des gens? Est-ce que je les écoute? Est-ce que je peux supporter une plaisanterie? Suis-je vite offensé? Est-ce que je juge souvent les autres ou puis-je accepter une autre opinion sans propager que mon opinion est la seule qui compte? Est-ce que je dis du mal des gens derrière leur dos ou est-ce que je protège les absents et les faibles? Comment est-ce que je me comporte dans un groupe? Est-ce que je critique souvent les idées des autres?

Quand je réfléchis critiquement sur moi-même et que je m’améliore ensuite, je deviens sympathique pour autrui et je rayonne ainsi une atmosphère positive autour de moi. Les autres sentent cela inconsciemment et te trouvent bien. «Les pensées sont des forces,» enseignait Paul Kuhn.

«On récolte ce qu'on a semé,» dit le proverbe en se référant à la loi de la résonance. La vraie amitié croît lentement. Tu ne restes un ami que si tu sais garder un secret et quand tu te montres en vrai ami, qui est à l’écoute et qui donne tout l’appui possible, lorsque ton ami ne va pas bien.

Approche-toi des gens sans préjugés. Ecoute ce qu’ils disent sans ajouter ton grain de sel immédiatement. Participe lorsque tu es invité. Ne lâche pas prise après un échec. Sens comment les autres vont et mets-toi dans leur peau. Cela crée des relations et bientôt, on demandera ton opinion et ton conseil. Lorsque quelqu’un avance dans une mauvaise direction, dis ton opinion avec calme et clarté.

Sais-tu que les anges aimeraient être nos amis célestes? Et sais-tu combien ces amis sont précieux? Ils aspirent de toutes leurs forces à semer le bien dans nos cœurs, à nous avertir contre le mal, à nous protéger et nous mener vers le but qui est la vie éternelle au Ciel.

C’est une question magnifique, un souhait noble.

La foi est et demeure une question de foi.
La foi est une grâce; c’est-à-dire un cadeau de Dieu.
Ainsi, on ne doit jamais badiner avec la foi et il faut encore moins essayer de coller sa foi à quelqu’un d’autre ou même de l’y forcer.

La foi est une fleur magnifique qui ne croît que quand on lui offre une bonne terre, de la lumière, de la chaleur et assez de place pour s’épanouir.

Dieu soit loué; il n’y a pas simplement une seule bonne foi. Il existe de nombreuses bonnes communautés qui font de tout leur cœur ce qu’elles reconnaissent comme juste. Elles aiment Dieu, elles sont reconnaissantes, elles aiment le prochain comme elles-mêmes et font ainsi ce qu’il y a de mieux.

Quand je veux vraiment mener d’autres vers la foi, celle-ci doit d’abord s’être épanouie à la vie en moi. De la fleur mûrissent les fruits. Quand ces fruits sont délicieux, d’autres aimeraient également en manger! Le bon exemple que nous donnons est décisif, nos actions et non pas nos paroles pieuses. Bien des gens savent bien parler et écrire. Mais le Christ nous a donné la parabole de l’arbre avec les bons fruits: «Vous les reconnaîtrez à leurs fruits.»

Ensuite, nous pouvons prier, c’est-à-dire demander à Dieu et aux anges qu’Il réveille la grâce de la foi en d’autres personnes.

Il est aussi permis d’être un bon auditeur et de placer une petite pensée au bon moment. Il faut le faire par véritable amour et non pas dans l’espoir de gagner quelqu’un pour ma foi pour l’ajouter à la communauté.

Ce que nous voulons doit être uniquement un service d’amour pour cette personne, il ne doit y avoir aucun calcul.

Oui, si nous croyons, nous avons la tâche de prier pour tous les humains et de croître dans l’amour envers tous les humains, afin que notre arbre porte de bons fruits et ainsi une bénédiction pour le monde entier.

Seul l’amour peut provoquer de bons effets.

Dans ce sens, je vous souhaite beaucoup de joie, d’amour, de force et de bénédictions afin que vous réussissiez bien votre vie.

Le Père Céleste créa l’homme à Son image. Il a insufflé l’âme immortelle à chacun, lui a donné des talents et mis des tâches dans son âme. Dans chaque être humain, le bien et le mal peuvent être à l’œuvre. Nous vivons sur la terre dans un champ de tension entre le haut et le bas, entre le ciel et l’enfer. Nous mûrissons en faisant le bien et nous mûrissons lorsque nous luttons avec nos faiblesses et lorsque nous les surmontons ou les bridons avec l’aide de Dieu.

Et maintenant la question fondamentale: qui a donné la force sexuelle à l’être humain?

Comme tous les autres instincts et talents, la force sexuelle est également un cadeau de Dieu. Avec ce don créateur, l’être humain est invité à participer à la création. De l’union de l’homme et de la femme peut naître un enfant, une nouvelle création! Quel grand pouvoir et quelle responsabilité Dieu a mis dans nos mains. Notre caractère décide si des âmes heureuses ou accablées viennent au monde.

L’instinct sexuel fait partie des plus grandes forces de l’être humain Mais gérer cette énorme force créatrice est une des tâches les plus difficiles pour les êtres humains. Au lieu de le relier à l’amour divin et de l’utiliser pour le grand bonheur de l’humanité, cet instinct est souvent abusé en tant que sensation voluptueuse extatique et dégradé jusqu’au plaisir banal et futile.

Dès l’enfance, nous devrions nous exercer à aspirer au bien, au renoncement, à l’ordre, à la bonne mesure dans les moindres instincts et renforcer aussi cet effort avec une attitude spirituelle chrétienne. Ainsi, nous réussirons aussi à gérer les pulsions sexuelles avec respect et à utiliser cette force créatrice pour transmettre la vie dans la pureté.

Nous ne pouvons y arriver que si nous aspirons à la pureté dans nos pensées, dans ce que nous regardons, disons et faisons et en nous détournant de tout ce qui est sale. Cette sainte pulsion créatrice ne doit pas échapper et glisser dans le marais de la primitivité, dans le caniveau.

Il n’y a pas d’intimité plus grande, pas de relation plus intense que l’union de l’homme et de la femme dans l’abandon sans limites. Les forces de l’âme entrent dans un échange et un rapport des âmes et des esprits est créé. Pour cette raison, Dieu a élevé le mariage comme cadre de cet acte créateur au rang d’un sacrement (action de grâce de Dieu) irrévocable.

L’amour entre deux êtres humains a le but biologique de conserver l’espèce, donc de se reproduire, et les couples homosexuels ne peuvent pas remplir ce but. Ensuite, l’union amoureuse de l’homme et de la femme a aussi le but de s’offrir mutuellement afin de gagner de nouvelles forces pour le quotidien. Les couples devraient, de plus en plus et toujours plus intimement, devenir un. L’amour encourage l’épanouissement et l’aide mutuels.

Afin que le petit enfant aie des conditions optimales pour son développement, le père et la mère devraient s’occuper ensemble avec amour de son bien-être physique, mais également du bien-être de l’esprit et de l’âme de l’enfant. La sécurité et une force vitale saine se développent en l’enfant par la confiance vécue, par l’amour et la gratitude éprouvés; donc par l’exemple de valeurs auxquelles on aspire.

L’amour est un don qui vient de Dieu. Nous, les êtres humains, pouvons accueillir cet amour et pouvons l’offrir à autrui. L’amour ne peut se maintenir et se multiplier que dans la pureté du cœur. L’amour est lié aux lois du bien, sinon il disparaît. Par conséquent, il n’existe pas d’amour détaché de la morale. La volonté de Dieu est que l’union de deux êtres humains ait lieu par amour et contienne la possibilité de la procréation. L’amour ne dit jamais „je“, mais „ tu“ ou „nous“. L’amour est aussi prêt au sacrifice. Pensons ici en premier lieu à l’amour maternel.

L’amitié est différente. C’est une union pour un certain temps et il est bien clair qu’elle peut fleurir entre des personnes du même sexe. Chaque femme devrait avoir une bonne amie avec qui elle peut parler de tout. Chaque homme devrait avoir un meilleur ami. L’amitié ne signifie pas que l’on se donne toujours raison, mais que l’on s’assiste en tout temps par tous les moyens et qu’on dise aussi honnêtement son opinion lorsque l’ami n’est pas du même avis. Une amitié peut être pleine d’amour. Mais la tâche et l’expression de l’amour dans l’amitié sont différentes. Il ne s’agit donc pas de l’amour physique.

Quand une amitié entre deux personnes du même sexe va jusqu’à l’amour corporel, c’est contraire à la nature. Que faire, lorsque tous les sentiments et l’envie nous mènent sur ce chemin égaré? Cela demande l’intervention de notre esprit. L’esprit peut analyser la situation et tirer des conclusions comme je l’ai fait ci-dessus. De nombreuses personnes ont une vie de sacrifice. Pensons aux paralysés, aux cancéreux, aux toxicomanes. Pouvons-nous admettre la dépendance de l’alcoolique ou est-ce que lui-même et d’autres vont en souffrir directement ou indirectement?

Les personnes qui se sentent attirées par l’amour homosexuel devraient d’abord s’examiner pour savoir si cela peut être résolu en prenant conscience de la situation et en recourant à l’aide thérapeutique ou pastorale. Souvent, c’est effectivement résoluble. Sinon, nous avons la tâche de ne pas vivre ce penchant. C’est bien d’avoir de bons amis, mais il ne faut pas glisser dans une aventure sexuelle qui est contraire à l’ordre universel. Si nous regardons l’histoire universelle, nous voyons que le nombre des couples homosexuels a toujours augmenté significativement avant que ces cultures ne s’effondrent.

Dans la perspective de l’assistance pastorale, les personnes attirées par l’amour homosexuel sont tout aussi précieuses que toutes les autres. Chaque être humain a ses forces et ses ombres. Ces personnes méritent notre reconnaissance humaine toute entière. Mais nous ne devons pas considérer leur penchant comme équivalent de l’attirance entre homme et femme. L’amour entre l’homme et la femme a le but créateur de la procréation. Mais il y a aussi un ordre et des règles pour l’amour conjugal. Là aussi, il y a et a toujours eu beaucoup de mal. Là aussi, l’amour véritable qui donne sans exiger est le commandement suprême!

«Qui cherche, trouve. Qui frappe à la porte, on lui ouvrira. Qui demande, reçoit.» Par l’amour de Dieu et Son aide, presque tous les mauvais penchants peuvent être transformés en pure force vitale. Pour tous les égarements que nous ne pouvons pas changer dans cette vie, de quelle nature qu’ils soient, Dieu nous donne la force de les porter dans l’amour et la patience et de les brider. Celui qui est poussé au vol ne doit pas non plus vivre son penchant. Le colérique n’a pas le droit de battre les autres par frustration. Le toxicomane mérite tout notre amour et assistance, mais nous ne devons cependant pas considérer sa dépendance comme normale.

La bible fait la différenciation suivante: «Dieu aime le pécheur, mais il déteste le péché.» Qu’est-ce que le péché? L’isolation de Dieu. Par les mauvais développements, nous quittons le domaine d’influence de Dieu et nous nous éloignons de Sa lumière. Nous devrions prier et demander que nous-mêmes, nos amis, nos ennemis et toute l’humanité puissent guérir de leurs faiblesses et fautes. Prier pour que le royaume de Dieu puisse se réaliser de plus en plus en nous. Demander qu’il y ait un épanouissement de la création et que tout revienne dans l’ordre éternel et magnifique du Père.

L’aide personnelle peut être demandée en tout temps.

Vivre ensemble avant le mariage n’est pas permis. C’est un péché devant Dieu. Un être humain qui prend lui-même ce qui appartient au mariage sans avoir auparavant été sanctifié par le sacrement du mariage a renoncé à un grand héritage parce qu’il ne peut pas attendre une année.

L’homme et la femme sont pour ainsi dire appelés à collaborer à la création de Dieu par l’amour qui unit corps et âme. Dieu veut nous offrir Sa bénédiction et Son amour pour cette haute fonction, pour cette grande dignité, afin qu’elle aboutisse au meilleur résultat. Les enfants à venir ne méritent-ils pas d’être engendrés dans les meilleures conditions: sous la bénédiction de Dieu, dans l’amour pur, par le souhait des cœurs et par des parents qui sont disposés à les accueillir?!

De quels fardeaux les partenaires se chargent-ils lorsque, juste pour leur envie, ils se jouent des règles qui sont de précieux panneaux indicateurs? Ils croient qu’ils savourent la vie, mais en fait ils se créent de nouveaux obstacles. Nous pouvons tromper notre raison en nous disant: cela ne fait rien. Cela m’est bien permis et m’apporte tant de bonheur et de joie. Mais notre âme perçoit toute la réalité et change avec nos actions, dans le sens positif ou négatif! Ajoutons-y que l’on doit toujours s’occuper de l’empêchement de ces fruits volés afin qu’ils n’aboutissent pas à une grossesse. Cette politique de l’empêchement laisse des traces profondes dans l’âme et ensuite dans le corps. Nous sommes violents contre l’esprit, l’âme et le corps. La nature de l’être humain est dérangée et cela a toujours des conséquences. Et nous nous éloignons des rayons d’amour de Dieu comme Adam et Eve qui se sont cachés lorsqu’ils se sont aperçus de l’approche de Dieu dans le jardin d’Eden.

Qui apprend à maîtriser ses pulsions avant le mariage a fourni une vraie preuve d’amour à son/sa partenaire. Sa maîtrise de soi croît énormément. Ainsi, l’homme et la femme seront plus facilement fidèles dans le mariage. Dans le mariage, on ne peut pas non plus suivre ses pulsions à sa guise. L’acte d’amour ne doit avoir lieu que dans l’accord mutuel. Dans l’attente par amour, nos forces spirituelles croissent et l’union devient un cadeau spécial. Qui fait le planning familial avec la contraception naturelle, compte tenu des jours non féconds, prouve à sa femme estime, respect et vrai amour.

Notre foi n’est pas ennemie du sexe. Se donner l’un à l’autre est la plus grande unité, comme dit la bible: „Et les deux deviennent une seule chair.“ Les forces des âmes s’échangent également. Il est important qu’on se donne mutuellement dans l’amour et dans la bénédiction de Dieu et cela renforce les liens des partenaires. Cela aide aussi à harmoniser ce qui ne colle plus à condition que l’amour dans le quotidien, l’amour du prochain, sont en ordre et que la haute estime mutuelle est toujours sauvegardée.

Il est fatal lorsque des jeunes gens savourent tout ce qui appartient au mariage. Ils se rendent ainsi incapables d’édifier la vraie capacité d’aimer. Être ensemble devient ordinaire, les partenaires changent et les émotions de l’âme s’abrutissent. Ensuite, des perversions sont pratiquées. De nombreuses âmes sont blessées et les femmes souvent dégradées à l’esclavage.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire. Les anges gardiens le disent à chacun dans son cœur et tu peux les entendre lorsque tu t’ouvres honnêtement et veux vivre la vérité toujours mieux. Vivre ensemble avant le mariage n’est pas un péché mortel. Mais cela est et reste une offense de Dieu, comme le disait St. Michel. Si l’on vit ensemble, on peut fréquenter la messe, demander pardon à Dieu et recevoir les sacrements. Mais la volonté de s’améliorer doit en faire partie.

Pourquoi ne voulons-nous pas, après mûr examen, si nous allons bien ensemble, recevoir le sacrement du mariage et faire bénir notre union afin que la bénédiction s’épanouisse éternellement sur nous et nos enfants et leurs enfants de sorte que le monde devienne plus noble et précieux?

«Car même le juste tombe sept fois par jour», dit le Christ. Cela devrait nous consoler et aussi nous appeler à la modestie et à la prudence, à ne pas juger autrui. Nous sommes suffisamment occupés avec nos propres fautes. Je connais des personnes qui vivaient ensemble parce qu’ils ne le savaient pas et qui sont des personnes fantastiques et remercient Dieu pour tout ce qu’il leur donne. La bible dit aussi: „Dieu aime le pécheur, mais il déteste le péché.“ Avec tout notre amour, nous devrions aspirer à nous approcher de Dieu et remplacer nos vices par des vertus entraînées volontairement. La foi ne doit jamais devenir une camisole de force. Lorsque nous faisons quelque chose par peur d’être punis, ce n’est pas optimal. Nous devrions nous soumettre à Dieu par amour volontaire afin que nous puissions être réintégrés un jour à l’ordre du ciel.

La vibration de la musique parcourt le corps, l’âme et l’esprit. La musique a un effet universel sur chaque être humain. La musique peut agir de manière curative, consolante, tonifiante. La musique peut aussi nous exciter, aiguillonner, pousser à la violence et rendre dépressif.

Selon l’occasion, l’être humain a besoin de musiques différentes. Musique folklorique, chansons folkloriques, chant spirituel, chansons d’art, musique classique, mais aussi le jazz, les tubes, etc. sont de mise selon l’occasion.

Nous devrions éviter la musique trop bruyante, exaltant la violence, la musique aux rythmes déformés et surtout les textes négatifs lorsque nous aspirons à l’ordre, l’harmonie, la paix, le bonheur et la joie.

De nombreuses expériences, aussi en ce qui concerne l’effet de la musique sur les plantes, ont clairement montré que la musique a un grand effet tant pour le bien que pour le mal.

Beethoven: «Ce qui doit atteindre le cœur doit venir d’en haut. Sinon, ce ne sont que des notes.» Paul Kuhn: «La musique inspirée par l’esprit de Dieu est une nourriture pour l’âme.»

Je comprends tous ceux qui fument. Nous avons tous des faiblesses à côté de nos forces. Je n’ai donc pas le droit de médire d’autrui.

Nous ne devons non seulement renoncer à fumer, mais aussi à consommer démesurément de l’alcool, à dire du mal, à calomnier, à jurer, à conduire à grande vitesse, à vivre une sexualité débridée. Nous ne devons pas mentir et voler.

Nous sommes des enfants de Dieu et devons promulguer et exalter les œuvres de Dieu à travers notre vie. Nous devons être une bénédiction grâce à tous nos talents.

Le corps, l’esprit et l’âme forment une unité. Le corps est le porteur, l’enveloppe pour l’esprit et l’âme, une création magnifique. Son fonctionnement qui est la plupart du temps impeccable nous étonne. «Un esprit sain dans un corps sain», dit une pensée sage. Quand je nuis à mon corps par le sommeil insuffisant, par l’alcool, en mangeant trop, en fumant, l’esprit et l’âme en souffriront également tôt ou tard. Nous ne sommes raisonnables et conscients de notre responsabilité que quand nous traitons aussi notre corps avec amour et respect.

Tu peux lire les points centraux sous la question par rapport au tabac.

Les êtres humains en proie à l’alcool ont souvent des natures très sensibles. Ils n’avaient pas assez d’amour-propre, ne vécurent pas assez d’affection et de compréhension, ont dû souvent supporter trop de choses lourdes et dures dans leur jeunesse et accabler ainsi leur âme. Dans l’enivrement, ils se sentent forts, libres de tous les problèmes accablants du quotidien, libérés pour quelques heures de tous les soucis. Mais après, tout est pire. – L’alcool n’est pas une solution, mais une drogue qui rend dépendante et cause infiniment de souffrance, peine et détresse.

L’alcool n’est pas fondamentalement mauvais. C’est un produit de la nature et, bien dosé, il peut être utilisé comme un remède. L’alcool peut aussi être goûté en tant que denrée de luxe lorsqu’on est maître de la bonne mesure. Mais même si l’on n’est que légèrement menacé, on ferait mieux de s’en abstenir complètement. La Croix bleue, l’armée du salut et de nombreuses autres institutions offrent de l’aide.